• Peur d'y rester

    Après mon écho, et dans la journée de vendredi je me suis mis à perdre de gros caillots. Plus je perdais de caillots plus je saignais. Plus je saignais plus je me sentais faible. Je me suis mit à lire ce qu'ils disaient sur les fausses couches sur internet, il ne fallait pas remplir plus d'une serviette à l'heure... Vendredi soir je me sentais vraiment pas bien alors j'ai décider d'appeller à info-santé pour en avoir le coeur net. Je lui ai expliquer ma situation, je lui ai dit comment je me sentais, elle ma demander combien je saignais, j'en n'étais à 2 serviettes l'heure depuis la veille. Elle ma dit, là on raccroche maintenant et tu composes immédiatement le 911. Ce que j'ai fais... En arrivant à l'hopital, ça na pas niaiser, ils étaient 5 après-moi! Ils me disent t'aurais dû venir avant...pfff je suis venue et vous m'avez pas soignier! Ils ce sont mit à parler de transfusion, là j'ai eu peur... Ma pression et mon rythme cardiaque n'arrêtais pas de diminuer. Ma température aussi, ils me donnaient pleins de couverture chaude pour essayer de réchauffer mon corps. Ils ont essayer de me faire un examen mais je saignais trop, ils n'arrivaient pas à voir ce qui ce passait parce qu'il y avait trop de sang. Il m'ont donner 5 poches de soluté, de la morphine et ils m'ont alliter jusqu'au lendemain. Le lendemain, ils refusent toujours de me donner à manger au cas ou je serait opérer, y à bientot 3 jours que je n'ai rien avaller, on peux pas dire que c'est la forme... Dans l'après-midi je revoit la gynéco, elle ne voit encore pas grand-chose, y à trop de sang... Elle m'envoie en écho, avec la machine à écho ils me pèsent sur le ventre je hurle de douleur, pire douleur de ma vie, pire que des contractions... Je pleuraient à chaude larmes, moi pourtant si orgeuilleuse. Que c'étais douloureux! Ils veulent maintenant me faire une écho vaginale, L'ENFER! Je n'ai jamais eu aussi mal de toute ma vie. Après ces examens, je retombe en hémoragie intense, pire que jamais, j'en suis maintenant à 1 serviette au 10 minutes, et je souffre le martyre, même la morphine ne calme plus mes douleurs. J'étais coucher seule dans le corridor, faible, en douleur, ensanglanter et à cette instant précis j'ai vraiment cru que j'allais y rester et je me disait que je ne voullait donc pas mourrir là, toute seule. Je n'avais pas si peur de mourrir mais j'avais peur de mourrir seule :'(

    « Début décembreL'opération »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :